• « Le Montreuillois » : information, intox ou propagande ? Décryptages…

    C’est un classique du genre, un journal municipal est fait pour dire du bien de la majorité qui le finance et le dirige. Notre journal local ne faillit pas à la règle ; jusque-là rien que de très banal…

     On peut déplorer que la Ville ne cesse d’utiliser les personnalités locales et leurs actions pour se glorifier elle-même, alors qu’elle n’y est pour rien ou pas grand-chose ; presque pas grave, si par ailleurs, le journal remplit son rôle informatif. Personne (ou presque) n’est dupe et c’est la « loi » usuelle des journaux des communes.

     Cependant, le numéro 10 (du 24 mars au 6 avril 2016) a atteint des sommets dans son action d’intox et de propagande en nous relatant (entre autres) un sondage, réalisé par Harris Interactive, sur pas moins de deux pages (page 8 et 9). Tandis que personne ne pourra vérifier la méthodologie, la composition et l’origine du panel, et encore moins connaître tous les résultats finaux ou encore le coût ; toutes ces informations étant soigneusement passées sous silence dans ce compte-rendu.

     Décryptages… 

     On y découvre… en me demandant pour ma part, si j’habite bien dans la même ville idyllique et si je ne rêve pas…

    Les Montreuillois, heureux de vivre dans leur ville ! (Je cite le titre du Montreuillois) 

     

     

    On remarquera au passage que le « satisfait » devient dans le titre « heureux » ; il fallait oser cette supputation et extrapolation infondées. Ils l’ont fait, c’est probablement plus « vendeur ».

     Je vous le confirme, je suis tout également « très satisfait » (Sic !!!) de vivre !... Mais je ne vois pas en quoi la ville de Montreuil expliquerait à elle seule cette « satisfaction ».

    J’adore le réseau d’amis(es) et la vie de village que JE me suis constitués, j’aime l’agitation et le foisonnement artistique et culturel local, la mixité sociale… mais en quoi dois-je tout cela à Montreuil ? Je vivais de la même façon dans le 20e arrondissement, et par beaucoup d’aspects beaucoup mieux en termes d’environnement. D’ailleurs, je ne pense pas que je vivrais différemment et moins « heureux » où que je sois ; tout au plus aurais-je quelques kilomètres de plus à faire pour accéder à mes plaisirs, si je vivais au fin fond d’un trou perdu.

     Alors, les questions sont pour le moins bizarrement formulées, comme si Montreuil était une entité en soi ; comme si la satisfaction de vivre quelque part ne dépendait pas essentiellement des individus qui composent le groupe et de leur façon de se mettre en lien, ou pas, avec les autres…

    Ou autrement dit, j’aurais préféré qu’on demande : êtes-vous satisfait de l’environnement humain que vous côtoyez à Montreuil ?

    Ou encore : êtes-vous satisfait de l’environnement urbanistique dans lequel vous vivez à Montreuil ?

    Ou encore : êtes-vous satisfait de l’état de propreté de la Ville ? Et cetera…

    C'est-à-dire des questions factuelles et réelles, pas un vague sentiment général détaché des contextes qui le provoquent. Ça, ça aurait eu du sens et ça aurait été utile.

    L’éducation, l’emploi, la santé, en tête de vos priorités

     

     

    Mêmes remarques que précédemment. Quelles auraient été les réponses si la formulation des questions sur ces sujets avait été : selon vous, l’action de la municipalité sur ces sujets est-elle : très suffisante, suffisante, dans la moyenne, insuffisante, très insuffisante ?

     Hé oui, je vous le confirme il vaut mieux être riche (emploi), en bonne santé, et éduqué que pauvre, malade et idiot… c’est plus facile à vivre. Mais quand on connaît le peu de marges de manœuvre des communes sur ce genre de sujets qui dépendent d’instances plutôt nationales et régionales, on n’est pas sorti de l’auberge si les gens s’attendent à ce que la Mairie ait une action marquante et décisive sur ces problèmes.

    Votre opinion sur le maire, son action, sa gestion...

     

     

    Dans la mesure où les réponses à ces questions reflètent, peu ou prou, les résultats des élections locales de Montreuil, je ne vois pas ce qu’elles nous apprennent… Qu’on pardonne plus facilement à quelqu’un qu’on a élu ? Que 2 ans de mandat, c’est trop court pour admettre qu’on s’est trompé ? Et trop court pour se déjuger soi-même sur ses choix ?…

    Je me demande bien ce qui se passera, si les presque 49 % de réguliers abstentionnistes se remettent à voter un jour aux municipales de Montreuil… Je serais tout également curieux de connaître le pourcentage des personnes qui ont refusé de répondre à ce sondage, ainsi que la composition (sociologique, politique et autres) du panel.

    On comprend bien que si la répartition géographique des sondés se concentre, par exemple, essentiellement dans le centre Ville ou que la diversité sociologique n’est pas respectée ou encore que le panel n’est pas assez important pour être significatif, ce sondage ne veut strictement rien dire ; pire il devient alors une entreprise de manipulation.

    Pourquoi ne pas avoir restitué ces informations fondamentales ? Mystère…

    Les actions de la municipalité passées au crible

     

     

     On remarquera que parmi cette liste nombre « d’actions » sont le résultat de décisions prises par l’ancienne majorité municipale désavouée au premier tour des municipales, avant que notre Maire n’en fasse une composante de sa majorité. Ou encore qu’obtenir une bonne note pour avoir pris une simple décision de bon sens, comme le « regroupement des services municipaux » ou aidé à la « mobilisation des citoyens », est pour le moins facile.

     On remarquera également que la formulation a toujours son importance. Quels auraient été les résultats si on avait demandé aux habitants d’attribuer une note de 0 à 10 à l’action de la Mairie, notamment sur tous les sujets qui fâchent :

    - choix d’urbanisme,
    - densification urbaine,
    - propreté,
    - tags,
    - voirie,
    - accès handicapés,
    - sécurité,
    - services publics,
    - incivilités,
    - espaces verts,
    - transports,
    - circulation,
    - stationnements,
    - endettement communal,
    - fiscalité locale,
    - et cetera, et cetera…

    Tous sujets quasiment absents du questionnaire.

    À l’évidence, les résultats auraient été bien différents, si on leur avait demandé ce qui ne va pas et leurs souhaits sujet par sujet…

    Mais il est vrai que de ne pas parler des problèmes, c’est une habile façon pour qu’ils n’existent pas. Manifestement avec un tel sondage la Mairie cherchait plutôt à faire de l’autosatisfaction, à se conforter et à s’auto-légitimer, plutôt qu’à entendre ce que les habitants ont à lui dire.

    Le Montreuillois au top de l’information locale

     

     

    J’ai failli tomber à la renverse tant ça m’a fait rire (jaune)… Je devrais pas me moquer, je sais, mais c’est plus fort que moi.

    C’est vraiment le comble de l’autosatisfaction et de la l’auto-flagornerie…

    C’est sûr qu’au vu des ridicules moyens mis en œuvre ou de la simple volonté pour que les autres formes d’informations se développent (un exemple parmi tant d’autres possibles : une newsletter du site de la Mairie qui nous tiendrait au courant des actualisations, des publications et des nouveautés du site), « Le Montreuillois » va bénéficier encore longtemps de son quasi-monopole « au top »… Enfin pas pour moi, puisqu’environ une fois sur deux on me pique mon journal dans ma boîte aux lettres.

    D’autres points de vue ?… 

     Maintenant, je vous invite à aller consulter les appréciations recueillies par quelques sites sans filtre, sans méthode, sans panel significatif, pas très actualisées et très limitées :

    - Le Journal du Net (lire les avis)

    - Ville Idéale (extrait des notes moyennes)

     

    - L’Internaute (extraits des notes moyennes)*

     

     

    … et il en existe d’autres…

     Bien évidemment, c’est totalement biaisé, puisqu’en général s’expriment majoritairement sur ces sites ceux qui ne sont pas contents, ainsi que par contraste ceux qui ont trouvé les bons antidépresseurs pour eux, sans oublier les faux témoignages de ceux qui ont intérêt à ce qu’on donne une bonne image de leur Ville (sans commentaire)... Mais est-ce plus ou moins biaisé que le sondage Harris Interactive ? Nous ne le saurons pas.

    Cependant, c’est plus que significatif du gouffre qui sépare le compte-rendu idyllique du sondage présenté par Le Montreuillois et ce que des libres paroles révèlent.

     Personnellement je trouve ces réponses quelque peu plus en accord avec ce qu’on entend constamment dans les Conseils de Quartier et partout dans Montreuil ; depuis tellement d’années maintenant (sans que quasiment rien ne change) que je ne sais même plus en faire le compte.


    Aparté

    Un document récent de paroles d’habitants a été diffusé par le Conseil de Quartier Bobillot/Bas-Montreuil. Il récapitule peu ou prou les griefs exprimés sur ces sites, avec des propositions d’action. J’avais demandé et obtenu leur accord préalable pour le mettre en ligne.

    Malheureusement, pour des raisons qui leur appartiennent, « ils » n’ont pas voulu être associés à cet article et m’ont demandé de le retirer. Ce mail anonyme a été signé le « CDQ Bobillot » (sans commentaire). Je leur ai cependant proposé de présenter eux-mêmes leur travail dans un article dédié ; sans réponse à ce jour… 


      Alors, qui dit vrai ? De quels avis vous sentez-vous le plus proche ? De qui se moque ce sondage publié par « Le Montreuillois », ainsi que le site de la Mairie ?

    ------------------------------------------------------------------------

    Si les Montreuillois et les Montreuilloises se fient à la ligne éditoriale de « leur » journal, je me demande bien à quoi servent encore les Conseils de Quartier, ainsi que toutes les consultations en cours sur les différents problèmes qui préoccupent quotidiennement les habitants… Tout va si bien à Montreuil, cette ville et leurs élus(es) sont si idylliques…

    En plus, c’est chouette, on a tout plein et tellement de participations, consultations pour tout, tout le temps et partout, que les habitants se sentent vraiment entendus et compris ; mais d’où provient alors ce sentiment de radoter, radoter ?… Ça ne serait pas par hasard dû au fait que nos élus ne savent pas comment résoudre les problèmes, répondre aux souhaits et entendre la parole des habitants. Sans même évoquer les concertations bidon, alors que les décisions sont déjà prises ; comme j’ai souvent pu le constater au Conseil de Quartier sur différents « projets », alors que les premiers concernés n’ont jamais pu en modifier une ligne…

     Mais il faut dire que je suis un mauvais citoyen, je n’ai pas voté aux budgets participatifs, parce que je ne voyais pas ce que ce type de saupoudrage pourrait changer. D’autant que plus de 90 % des propositions étaient la conséquence de services publics défaillants et déficients ; et plus grave d’une absence de projet global pour améliorer le cadre de vie.

    Je ne veux pas participer à des projets qui ne sont que des pansements sur une jambe de bois ou chacun voit midi à sa porte, sans qu’aucune politique globale (par exemple, une réfection totale des voiries piétonnes) ne soit décidée, ni mise en place.

     Si les élus ne savent pas tout seuls quoi faire pour que cette ville sorte de sa crasse et améliorer le cadre de vie ; ou pire, s’ils nous répondent quasiment systématiquement qu’ils n’ont plus le pouvoir de changer les choses (notamment avec les délégations de compétences à Est Ensemble et très bientôt au Grand Paris), je me demande même s’il est encore utile de voter tout court…

    Pour conclure provisoirement… 

     Le changement de direction du Montreuillois m’avait interrogé ; d’autant que l’abandon du nom « Tous Montreuil » au profit de « Le Montreuillois » avait quelque chose de terriblement rétro… Quid des Montreuilloises ? Pourquoi avoir choisi un titre si exclusif et si désuet ?... Mais on a rapidement compris ce que ces changements signifiaient…

     À moins que la Mairie ne nous mette en ligne l’étude Harris Interactive (complète et non expurgée, cela va sans dire), je propose de rebaptiser « notre » journal en : « La Pravda de Montreuil ». Cela me paraît maintenant plus approprié ; et en tout état de cause, ça serait plus clair et honnête….

     Winston Churchill disait déjà « Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées. ». Je ne doute pas qu’il aurait aujourd’hui le même type d’appréciation sur les sondages, et également sur les journaux municipaux.

    Comme diraient probablement Popaul et Miquette (s’ils existaient encore dans « Le Montreuillois » et en paraphrasant Coluche) à propos de l’information des habitants de Montreuil : « c’est bien plus mal que si c’était pire ».

     Mais je peux me tromper, alors quoi de mieux qu’un énième sondage biaisé pour savoir ce que vous pensez de tout ça... Cliquez sur ce lien pour répondre au sondage à une question ; sinon les commentaires sont ouverts...

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    JSastre
    Jeudi 7 Avril 2016 à 10:05

    Merci pour cet article Jean-Marc.

    Je trouve particulièrement choquant que le journal soit modifié à chaque élection et utilisé de fait à des fins poiltiques. D'autant que vous avez raison et sur le nom du journal et sur la maquette qui sont particulièrement dépassés. Sans être une fan inconditionnelle de la précédente municipalité je trouvais assez réussie leur modernisation du journal. Je suis également furieuse qu'un seul centime ait été dépensé dans ce type de sondage qui coûtent une fortune. Les statistiques sur des données chiffrables et existantes sont déjà très souvent biaisées alors les SONDAGES D'OPINIONS!... Du 100% bidon à grands frais.     

      • JSastre
        Jeudi 7 Avril 2016 à 10:10

        "Les actions de la municipalité passées au crible" c'est vraiment la partie la plus savoureuse.

      • Jeudi 7 Avril 2016 à 16:02

        De rien...

        Il y a un problème de fond insoluble dans l'état. Ce type de journaux ne vit que des subventions octroyées par leur commune. Il est donc "humain" qu'ils défendent leur gagne-pain et cherchent par tous moyens à faire plaisir à leur "patron". Non seulement, on ne mord pas la main de celui qui vous nourrit, mais si on veut manger plus, il faut faire plus que lui lécher la main... 

        Si on veut que cela change, il n'y a pas beaucoup de moyens à notre disposition :
        - soit, rendre les abonnements payants et supprimer les subventions, ce qui signifierait probablement la mort de cet outil indispensable d'informations locales, à plus ou moins brève échéance...
        - soit, sanctuariser la subvention (la rendre indépendante des pouvoirs politiques), et nommer et/ou élire un "conseil de rédaction" - indépendamment des pouvoirs politiques - constitué majoritairement de lecteurs qui veilleraient à ce que le journal ne soit pas une tribune permanente de promotion politique locale ; en réservant, en autres, à chaque fois aux oppositions des sortes de droit de réponse. On peut toujours rêver...

        Cela dit, on a atteint des sommets de propagande et d'intox avec le rédactionnel sur ce sondage, que je ne pensais pas possible...

        Il y a quelque temps, le Canard publiait régulièrement des informations satiriques sous le titre "ma binette partout", pour dénoncer les journaux locaux qui faisaient trop ostensiblement la promotion de leurs élus en inondant leur journal de leur photo. Je pense qu'ils devraient s'intéresser aux "nouvelles" formes de propagandes, telles que, selon moi, notre journal local les pratique maintenant.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :