• Les dérives budgétaires de Montreuil - Chapitre 2 : la politique de la désinformation permanente…

     

    Depuis plusieurs mois, nous avons été abondamment « informés » par la Ville, Est Ensemble et le Département sur les restrictions budgétaires imposées aux communes. Nous avons reçu des tracts, des courriers, lu des articles avec des communications diverses et variées, tout cela évidemment (comme si c’était normal) financé sur des fonds publics.

     

    Encore dernièrement dans « Le Montreuillois » (N° 46), trois pleines pages y sont consacrées.

    « On » nous explique abondamment que les services publics seront remis en cause par la ponction de 13,5 milliards que le gouvernement entend faire sur l’ensemble des collectivités locales.

    Soit d'ores et déjà une perte de dotations de 3,6 millions par an. Depuis 2012 d’après « Le Montreuillois » (n° 44, page 5), ce seraient 28 millions au total dont la Commune aurait été privée. Et suite à la suppression complète de la TH (à partir de 2020) ce seront 18 millions par an qui manqueront aux finances de la Ville, selon la Mairie.

     

    En conséquence :

    - suite à ces mesures, les budgets des services publics seraient gravement impactés et carrément supprimés pour celui de la culture,

    - c’est ce qui justifie les actions ainsi que la grève des services publics et la fermeture de la Mairie le 16 novembre dernier, ainsi que d’autres actions présentes et à-venir.

     

    Compte tenu des considérables moyens médiatiques déployés pour nous informer (avec nos impôts), si on n’avait pas encore compris qu’à l’insu du plein gré de nos élus locaux, nous allons « souffrir » et souffrons déjà à cause des réductions budgétaires imposées par les gouvernements successifs et que ça va s’aggraver, maintenant c’est fait.

     

    À l'exception de l’utilisation de moyens et fonds publics pour diffuser ce qui n’est après tout qu’un positionnement politique, ce qui pose un vrai problème moral et éthique, jusque-là, rien à dire. Je ne peux que m’associer à ce mouvement pour m’opposer à la paupérisation des services publics et à une politique nationale qui demande toujours plus aux mêmes de se serrer la ceinture, tandis que par ailleurs les « cadeaux » (5 milliards selon les premières estimations) pleuvent sur ceux qui en ont le moins besoin : ultra riches et sociétés multinationales…

     

    Cependant, concernant Montreuil en particulier, nous avons un problème et même de graves problèmes, ce d’autant plus quand nous est brandi le chantage à la restriction des services publics et même à leur fin pour le secteur culturel.

     

    Je souhaiterais, avant que nous partions tous en guerre sabre au clair et pour totalement partager les légitimes préoccupations de notre Mairie, qu’un certain nombre de clarifications soient faites sur les finances de la Ville ; informations qu’il est impossible de connaître depuis de trop nombreuses années.

     

    Mais d’abord des faits. Tous les chiffres des tableaux qui suivent sont issus du site gouvernemental publiant les comptes des collectivités ; ils sont donc vérifiables et incontestables. Cependant, n’étant qu’un être humain (épaulé par Excel quand même), il est toujours possible qu’une erreur de calcul se soit glissée dans un tableau ; dans ce cas merci de me la signaler.

    Bref, tout ce que j’avance peut être contrôlé par n’importe qui, s’il n’a pas oublié comment faire une addition, une soustraction, une multiplication et une fraction, ainsi que comment trouver et recouper une information sur Internet.

    Bien évidemment, si vous êtes hermétiques aux tableaux de chiffres, vous pouvez aller plus bas lire directement leur analyse, en cliquant sur ce lien.

     

     

    Évolution de la fiscalité locale (que vous pouvez calculer vous-même en reprenant vos avis d’imposition) 

     

    Année

    Nota bene

    Augmentation de la taxe d'habitation

    Augmentation de la taxe foncière

    Inflation de l'année

    2008

    Fin du mandat de M. Brard (base 1)

     

     

    2,80%

    2009

     

    1,82%

    3,97%

    0,10%

    2010

    Création d'Est Ensemble

    8,53%

    8,31%

    1,50%

    2011

     

    2,79%

    4,67%

    2,10%

    2012

     

    2,10%

    1,85%

    2,00%

    2013

     

    1,69%

    3,64%

    0,90%

    2014

    Fin du mandat de Mme Voynet

    1,07%

    0,96%

    0,50%

    2015

     

    0,71%

    0,87%

    0,00%

    2016

     

    1,05%

    3,68%

    0,20%

     

     

    Variation cumulée

    Variation cumulée

    Inflation cumulée

    Augmentation totale de 2008 à 2016

    21,29%

    31,38%

    7,51%

     

     

    Évolution des recettes (en conséquence) 

     

    Année

    Nota bene

    Produits en K€

    Évolution annuelle en %

    Inflation de l'année

    2008

    Fin du mandat de M. Brard (base 1)

    177 872

     

    2,80%

    2009

     

    189 769

    6,7%

    0,10%

    2010

    Création d'Est Ensemble

    183 643

    -3,2%

    1,50%

    2011

     

    190 017

    3,5%

    2,10%

    2012

     

    192 734

    1,4%

    2,00%

    2013

     

    186 813

    -3,1%

    0,90%

    2014

    Fin du mandat de Mme Voynet

    177 078

    -5,2%

    0,50%

    2015

     

    185 336

    4,7%

    0,00%

    2016

     

    205 512

    10,9%

    0,20%

     

     

     

    Variation cumulée

    Inflation cumulée

    Augmentation entre 2008 et 2016

    27 640

    15,5%

    7,51%

    Total des recettes perçues en plus de 2009 à 2016

    87 926

     

     

     

     

    Évolution des dépenses 

     

    Année

    Nota bene

    Dépenses en K€

    Évolution annuelle en %

    Dont charges de personnel

    Évolution annuelle en %

    % sur le total des dépenses

    Inflation de l'année

    2008

    Fin du mandat de M. Brard (base 1)

    163 171

     

    89 250

     

    55%

    2,80%

    2009

     

    172 788

    5,9%

    91 602

    2,6%

    53%

    0,10%

    2010

    Création d'Est Ensemble

    160 447

    -7,1%

    94 388

    3,0%

    59%

    1,50%

    2011

     

    163 666

    2,0%

    97 413

    3,2%

    60%

    2,10%

    2012

     

    171 978

    5,1%

    100 679

    3,4%

    59%

    2,00%

    2013

     

    173 321

    0,8%

    104 065

    3,4%

    60%

    0,90%

    2014

    Fin du mandat de Mme Voynet

    182 120

    5,1%

    108 342

    4,1%

    59%

    0,50%

    2015

     

    180 675

    -0,8%

    108 980

    0,6%

    60%

    0,00%

    2016

     

    198 720

    10,0%

    106 389

    -2,4%

    54%

    0,20%

     

     

     

    Variation en %

     

    Variation en %

     

    Inflation cumulée

    Augmentation entre 2008 et 2016

    35 549

    21,8%

    17 139

    19,2%

     

    7,51%

    Total des dépenses effectuées en plus de 2009 à 2016

    98 347

     

    97 858

     

     

     

     

     

    Évolution du résultat comptable (en conséquence) 

     

    Année

    Nota bene

    Résultat en K€

    Évolution annuelle en %

    2008

    Fin du mandat de M. Brard (base 1)

    14 701

     

    2009

     

    16 981

    15,5%

    2010

    Création d'Est Ensemble

    23 196

    36,6%

    2011

     

    26 351

    13,6%

    2012

     

    20 756

    -21,2%

    2013

     

    13 492

    -35,0%

    2014

    Fin du mandat de Mme Voynet

    -5 042

    -137,4%

    2015

     

    4 661

    -192,4%

    2016

     

    6 792

    45,7%

     

     

     

    Variation en %

    Baisse du résultat entre 2008 et 2016

        7 909

    -53,8%

    Total des résultats perçus en moins de 2009 à 2016

    - 10 421

     

     

     

    Évolution de l’endettement 

     

    Année

    Nota bene

    En-cours de la dette en K€

    Évolution en %

    Annuité de la dette

    Évolution en %

    Base des taux d'emprunt moyen

    2008

    Fin du mandat de M. Brard (base 1)

    210 404

     

    26 395

     

    4,23%

    2009

     

    205 168

    -2,5%

    25 026

    -5,2%

    3,65%

    2010

    Création d’Est Ensemble

    194 391

    -5,3%

    25 342

    1,3%

    3,12%

    2011

     

    186 105

    -4,3%

    25 094

    -1,0%

    3,32%

    2012

     

    170 417

    -8,4%

    48 443

    93,0%

    2,54%

    2013

     

    178 695

    4,9%

    20 248

    -58,2%

    2,20%

    2014

    Fin du mandat de Mme Voynet

    198 426

    11,0%

    20 354

    0,5%

    1,67%

    2015

     

    218 506

    10,1%

    21 906

    7,6%

    0,84%

    2016

     

    217 780

    -0,3%

    23 245

    6,1%

    0,47%

     

     

     

     

     

     

     

    Augmentation entre 2008 et 2016

    7 376

    3,5%

    -3 150

    -11,9%

     

     

     

    En résumé : analyses et commentaires 

     

    La taxe d’habitation a augmenté de 21,3 % et la taxe foncière de 31,4 % en 8 ans. Cela fait une augmentation en moyenne annuelle simple de 2,66 % pour la TH et 3,92 % pour la TF, alors que l’inflation n’était en moyenne que de 0,94 % par an sur cette période !!! Soit chaque année (en progression composée) de 2,44 % pour la TH et 3,47 % pour la TF, alors que l’inflation n’était que de 0,91 %. Ou autrement dit, de 2009 à 2016, une TH qui a augmenté presque 3 fois plus que l’inflation et une TF plus de 4 fois. Vos revenus ont-ils suivi cette exceptionnelle progression ?

    Par ailleurs, tous les prix d’accès aux services de la Ville (stationnement, piscine, cantine, place de marché, montant des PV, et cetera) sont en constante augmentation, surtout à partir de 2015.

    Tandis que les entreprises locales sont matraquées avec une CET qui est maintenant une des plus chères de France.

     

    Malgré les baisses de dotations étatiques, sur 2016 Montreuil a perçu près de 28 millions d’euros de recettes en plus par rapport à 2008 et 88 millions en plus sur 8 ans… Un vrai pactole, dont on se demande bien à quoi il a bien pu servir…

    Ha si, on sait… En 8 ans, 98,3 millions ont été dépensés en plus, soit presque intégralement l’augmentation des charges de personnels qui ont coûté 97,9 millions (!!!) de plus sur la même période. Quand on constate l'absence d'amélioration et même une dégradation de la qualité des services publics locaux, il y a vraiment de quoi au mieux s’interroger et au pire nourrir de graves suspicions sur l’utilisation qui a été faite de cet argent.

     

    Il est important de constater, qu’en 8 ans, alors même que les taux d’emprunt sont devenus très favorables (la base des taux moyens est passée de 4,2 % en 2008 à 0,5 % en 2016 ; à laquelle il faut rajouter de 1 à 3 % de rémunération bancaire) et que les recettes ont très significativement augmentées, cette Municipalité n’a trouvé aucun moyen pour résorber durablement la dette. Ni en la renégociant pour que l’annuité de remboursement pèse moins sur les comptes, et encore moins en diminuant son montant total. Mais évidemment, on ne peut pas tout faire ; si on fait exploser les dépenses, on ne peut pas en même temps diminuer les dettes, CQFD.

     

    Aussi, quand page 14 du n° 44 du « Le Montreuillois », celui-ci titre « Montreuil maîtrise bien ses dépenses, mais l’État veut plus », est-ce que cette municipalité se fout de nous, ou nous prend-elle définitivement pour des imbéciles ?

    En matière de maîtrise, quand sur 8 ans, cette équipe et la précédente (toujours en grande partie en place dans cette « majorité » municipale) font exploser les budgets de dépenses de près de 22 %, alors que l’inflation n’a été que de 7,5 % sur la même période, il faut être sacrément « culotté » pour appeler ça « maîtriser ses dépenses » !

    De plus consécutivement aux transferts de compétences sur Est Ensemble, les charges de personnels devraient être en nette diminution ; « pas de chance », elles ont augmenté de 19,2 % !

     

     En réalité, cette municipalité maîtrise bien ses recettes (ça on ne peut pas lui enlever, mais c’est nous qui payons), pour pouvoir dépenser plus ; mais certainement pas ses dépenses (avec un résultat comptable en nette dégradation depuis la fin de la mandature de madame Voynet) qui dépassent encore de loin la manne créée notamment par l’augmentation de la fiscalité locale.

    Aussi, je me garderai bien de vous dire le fond de ma pensée sur ces mensonges cette désinformation et propagande permanentes sur les comptes de la Ville, tant cela pourrait devenir insultant.

    Cependant, s’il fallait encore des preuves de la catastrophique mauvaise gestion de cette Municipalité (et de la précédente), lisez la suite, c’est tout aussi édifiant. 

     

     

    Quelques éléments de la désinformation permanente… 

     

    Mais étudions maintenant la liste des clarifications non exhaustives qui attendent des réponses claires que nos élus se gardent bien d’aborder, au risque que tous leurs discours d’autojustification de leurs impuissances et de déresponsabilisation s’effondrent… et que n’apparaissent au grand jour leurs évidentes incompétences et incapacités à prendre des décisions qui répondent aux attentes des habitants.

     

    1 - Les recettes par habitant de Montreuil sont de 17 à 47 % supérieures aux villes de (par ordre croissant d’écart par habitant) : Bondy, Vincennes, Noisy-le-Sec, Les Lilas, Romainville, le Pré-Saint-Gervais. Voir pour plus de détails, ce tableau 01 et ce tableau 02. Et, à l’exception de Vincennes, toutes ces villes ont autant et même plus de populations dans le besoin que Montreuil (en termes de taux de pauvreté, de logements sociaux, de populations ne payant pas d’IR,…).

    Alors, les questions sont :

    - Où va l’argent ?

    - Comment avec des recettes par habitant supérieures à des villes ayant moins de ressources que lui, Montreuil peut-il faire aussi mal au niveau des services publics ?

     

    2 - Les recettes ont été en 2016 pour Montreuil de 1 956 € en moyenne par habitant. La moyenne de la strate est de 1 407 € par habitant. Montreuil perçoit donc 39 % de recettes en plus par habitant que la moyenne des villes équivalentes.

    Alors, les questions sont :

    - Où va l’argent ?

    - Comment avec des recettes par habitant supérieures de 39 % à la moyenne des villes équivalentes, Montreuil peut-il faire aussi mal au niveau des services publics ?

     

    3 - La création d’Est Ensemble (en 2010) a redistribué la gestion des compétences. Mise en commun de moyens, « qu’ils » appellent ça…

    Par exemple pour la propreté, toutes les fonctions dévolues auparavant à la Ville, y ont donc dans un premier temps été transférées. Mais à ce jour et après bien des déboires et cafouillages, Est Ensemble n’a gardé que le ramassage des ordures et des encombrants. Et on aura quand même perdu au passage un à deux ramassages d’ordures ménagères et de poubelles de tri, avec les problèmes de poubelles qui débordent qui en découlent ; tandis qu’il faut maintenant se déplacer pour aller chercher des sacs à déchets verts, alors qu’avant ils étaient livrés à l’enlèvement (et même sur demande).

    Selon « Le Montreuillois » (N° 46 page 14) la dotation de la Ville de Montreuil à Est Ensemble serait de 14,5 millions d’euros. Les dépenses de la Ville, et notamment de personnels de notre Ville ont-elles pour autant diminué ? Hé non, elles ont même augmenté de 13 % depuis cette « association ».

    Si quelqu’un est capable d’expliquer de façon « crédible » comment en transférant des fonctions et donc des personnels, on continue quand même à augmenter les dépenses, il a gagné le droit de postuler à une place de propagandiste en chef à la Mairie.

    Aussi à l’évidence, cette « mise en commun de moyens » - qu’on nous avait vendue pour, entre autres, réaliser des économies d’échelle - est un désastre échec cuisant au regard de la réalité des chiffres de la fiscalité locale, ainsi que de l’explosion des dépenses de la Ville depuis 2008 (voir plus haut).

     Alors, les questions sont :

    - Quelqu’un a-t-il pu constater une amélioration notable des services publics suite à ce transfert de compétences ?

    - Où est passé tout l’argent prélevé en plus depuis 2010 ?

    - À quoi sert Est Ensemble, à part à augmenter nos impôts locaux, à créer une strate supplémentaire de bureaucrates et de politiques qui émargent royalement dans cette structure, alors qu’ils n’y ont pas été élus par nous ?

    - Est-ce bien raisonnable de persister dans une erreur qui nous coûte aussi cher ? Qui, quand ce n’est pas carrément pire, n’apporte aucune amélioration significative des services publics. Et qui en plus est une insulte permanente à la démocratie…

     

    4 - Cependant, nous avons quelques éléments de réponses sur l’origine des gabegies des services publics et l’augmentation permanente des dépenses qui prévalent à Montreuil.

    - Dans « Le Montreuillois » (numéro 40, page 13), il est rapporté que le coût moyen net de gestion de la tonne de déchet est de 250 € pour Est Ensemble. Formidable ! C’est 22 % plus cher que la moyenne des Villes (voir cet article ou ceux de l’ADEME ou encore ce lien) et jusqu'à 3 fois plus cher que les Villes les plus vertueuses !!!

    - Dans le numéro 22 du « Le Montreuillois », la municipalité se glorifie que sur un coût de 13 € par repas de cantine, celle-ci subventionne 60 % des coûts totaux ne laissant à la charge des familles que 0,54 € à 6,5 € par repas, en fonction du quotient familial de celles-ci.

    Sauf que… où a-t-on déjà vu qu’un repas de collectivité pouvait atteindre 13 € ???!!!

    En incluant les frais de personnels communaux qui assurent la préparation, les services, l’animation du temps périscolaire, ainsi que l’ensemble des charges et frais de gestion, la plupart des villes affichent des coûts de revient totaux entre 5,2 € et 10 € (6,05 € pour des repas bio) ; mais jamais au-delà.

    - En termes d’efficacité, il y a des chiffres qui ne cessent d’interroger : chaque agent de propreté disponible aurait à s’occuper de 3,95 km de trottoir par jour ouvrable ; chaque agent de la brigade de propreté distribue 0,6 PV par jour ouvrable. Montreuil est-il plus propre depuis que cette pléthore d’agents y officie ? Et quand on constate l’état de nos rues, où certaines voies n’ont pas vu une balayeuse depuis plus d’un an, on se demande bien comment est organisé ce service et que font tous ces agents…

    - Liste malheureusement non exhaustive…

     

    5 - Tout est « logique » de la part de cette Mairie qui fait tout pour maîtriser les dépenses.

    - Les gens se plaignent du manque d’éclairage dans certaines rues. Plutôt que de changer les ampoules (en installant à la place des basses consommations), patientez braves gens, on vous a pondu le changement total de tous les lampadaires pour 10 millions d’euros sur 10 ans… une paille…

    - Les gens se plaignent du manque de places de stationnement. Pas grave, on augmente les tarifs de stationnement et on l’instaure payant partout ; on dépense 80 K€ pour mettre trois bancs, une « sculpture » hideuse, et une estrade sur une place servant de parkings, et on ne prévoit même pas dans le futur PLU de répondre à cette carence. Bé oui, pour atteindre l’objectif d’une Ville sans voiture, c’est bien connu, il suffit de persécuter les automobilistes, sans jamais penser et mettre en place des dessertes de transports collectifs qui permettraient de se passer de véhicules.

    - Les habitants se plaignent des difficultés de circulation, pas grave, on dépense de l’argent pour rétrécir les voies de circulation (comme rue de Paris) ou « mieux » on en supprime (comme bientôt place de la République ou encore Croix de Chavaux), sans même se pencher sur le plan de circulation kafkaïen actuellement en vigueur.

    - Les habitants demandent la sécurisation des piétons et notamment des enfants, sur certains carrefours et passages (notamment aux abords de certains chantiers), rien n’est fait ; ha si, on mobilise des agents municipaux pour faire des dimanches sans voiture dans certaines rues...

    - Les habitants réclament depuis plus d’une dizaine d’années l’installation de toilettes publiques, notamment à la Halle de la Croix de Chavaux, pour que la Ville cesse de sentir l’urine ou pire… Sans jamais accéder à cette demande, on concocte un plan de fermeture partielle de la Halle qui coûtera 200 K€, dont aucun participant au CDQ local ne veut, tant il défigurera ce lieu ouvert et est totalement inutile pour résoudre les problèmes actuels.

    - Les habitants se plaignent de la montée des incivilités et de la délinquance, on leur promet un plan vidéosurveillance, mais à quoi servira-t-il s’il n’y a pas assez d’agents (notamment de la police municipale) pour intervenir au moment des constats d’infraction ?

    - Et on n’évoquera pas les choix d’investissements absurdes et coûteux qui sont régulièrement actés, comme la construction d’un nouveau collège pour 600 élèves (24 M€, alors que les équipements équivalents construits en France ne dépassent jamais 14 M€) qui détruit une zone Natura 2000, alors même que l’étude de besoins indiquait que ceux-ci sont couverts au moins jusqu’en 2022 et que 1 073 places ne sont pas occupées dans nos collèges actuels à ce jour. Et ne répondez pas que c’est le Département qui paye, parce que qui paye le Département ?

    - Liste malheureusement non exhaustive…

     

    C’est à croire qu’à Montreuil tout est toujours plus cher que partout ailleurs, tandis que les décisions et dépenses actées sont régulièrement à côté de la plaque, sans jamais résoudre les besoins basiques exprimés par les habitants.

     

    Bref, on serait bien en peine de trouver un seul secteur où Montreuil puisse afficher une absence de gaspillage des ressources et des choix de gestion qui optimiserait le coût et améliorerait la qualité des services publics. Tandis qu’en termes de choix de priorité par rapport aux besoins et souhaits des populations, c’est à se demander si nos élus vivent dans la même ville que nous et même s’ils ont été dotés d’un cerveau, tant c’est la foire au grand n’importe quoi.

     

    Aussi, en l’absence d’informations financières détaillées, ainsi que de réponses complètes et sans langue de bois, il est totalement inadmissible que la Mairie fasse un tel chantage aux services publics et en particulier pour la culture. Alors même que tout indique que rien n’est fait pour gérer un peu plus rationnellement cette ville ; qui rappelons le - et contrairement à ce qu’à longueur de temps « on » voudrait nous faire croire - est riche, très riche même.

     

    À propos de l’absence d’informations objectives et détaillées, il serait temps de faire un audit des comptes et du système organisationnel des services, tant il est évident que pour une ville aussi riche, « quelque chose » ne tourne pas rond à Montreuil et depuis bien trop longtemps. Malheureusement, je pense que jamais nous n’obtiendrons cela, tant cela remettrait en cause des « pratiques » aussi vieilles que la quatrième et la cinquième République…

    En attendant l’improbable, il serait bon que la Chambre Régionale des Comptes se saisisse de ce dossier, où il y a à l'évidence beaucoup de choses à comprendre et à « révéler » ; mais celle-ci ne peut être appelée à intervenir que par l’intermédiaire du Préfet sur demande externe. Autant dire que si elle ne s’autosaisit pas, cela ne se fera jamais.

     

     

    Épilogue, sur quelques questions de fond qui dépassent le « local » 

     

    Enfin, il y a des points qui restent « obscurs » (ou presque) sur ce qui justifie que la gauche soit vent debout contre la suppression de la taxe d’habitation. Bien sûr, on peut légitimement s’inquiéter du fait que cette perte d’autonomie fiscale des collectivités locales ne soit pas compensée par des dotations équivalentes, ou encore que ce jeu de bonneteau fiscal ne soit qu’une vaste entreprise d’enfumage uniquement destinée à reprendre ailleurs ce qu’on aura supprimé là.

    Cependant sur le fond, comment la gauche peut-elle s’opposer à la suppression de cet impôt injuste et contre-productif ? Alors que celui-ci obère le droit au logement parce qu’il ne discrimine pas (sauf pour les marginaux cas d’abattement ou d’exonération) en fonction des revenus ceux qui peuvent le payer ou pas.

     

    Plus fondamentalement, personnellement je vais encore plus loin. Je pense que tous les impôts dont l’assiette est patrimoniale (y inclus la taxe foncière) sont injustes, à cause de la multiple imposition qu’ils impliquent. Non seulement, on paye des impôts sur des patrimoines ou leur usage qui ont été acquis avec de l’argent qui a déjà supporté l’impôt sur le revenu ; mais en plus, ces prélèvements ne frappent que ceux qui n’ont pas les moyens d’y échapper (notamment avec des montages fiscaux « astucieux »).

    Pour ceux qui louent ou ont acquis un bien immobilier et dont les revenus baissent (ce qui est notamment le cas des retraités, sans emplois et autres cas), c’est vraiment la double peine. Tandis que ces impôts patrimoniaux sont également contre-productifs puisque cela revient à taxer des actifs qui pour la plupart ne produisent aucun revenu.

    Aussi, est-ce juste que quelqu’un qui par les revenus de son travail sur lequel il aura payé de l’IR, qui a acquis un bien immobilier ou en loue un, doive payer annuellement en plus des taxes sur ce bien ? Très franchement que ce soit un château ou un studio, définitivement non.

     

    Le vrai courage politique serait de militer pour une réforme fiscale en profondeur, et notamment de l’IR, celle que tous les prétendants au pouvoir nous promettent depuis 40 ans sans jamais la mettre en place.

     

    Mais bien évidemment, notre Mairie, qui maîtrise si bien ses dépenses (Sic !), est au-dessus de ces basses considérations politiques. Tandis que la baisse des dotations lui donne une occasion en or, et de plus, de justifier et de se déresponsabiliser de tous ses manquements et incapacités.

     

    À ce propos, je pense qu’il serait opportun d’adopter des hymnes locaux pour ponctuer les discours la propagande permanente de notre Municipalité.

     Celui-ci pour illustrer leurs discours mensongers.

     Et celui-ci pour y répondre.

     

    Combien de temps encore les Montreuillois vont-ils continuer à se faire rouler dans la farine ? Réveillons-nous !

    Merci de diffuser et de faire circuler cet article ; tous les Montreuillois-es doivent savoir comment cette Mairie essaye de nous endormir et de nous manipuler.

     

     

    « « Nouveau » PLU : encore une fois les habitants n’ont pas été entendus…EIF : la ville de Montreuil met les Murs à Pêches en danger ! »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :